Dépendance affective : comment guérir par soi-même

oui tout va bien dépendance affective sophrologue l'isle sur la sorgue

Vous voulez sortir de la dépendance affective, en guérir par vous-mêmes? Et vous vous attachez vite aux personnes que vous rencontrez? Vous pouvez passer des heures à attendre un peu d’amour, d’attention ou d’affection ou d’attention de la part de la personne à laquelle vous êtes attaché? Et vous en avez marre de souffrir du manque de considération de la part des autres, qui ne vous aiment pas à votre juste valeur?
Et bien Dans cet article, je vais faire le maximum pour vous aider à y voir plus clair sur votre situation, et à vous sentir en accord avec vous-mêmes. Si vous souhaitez ne plus souffrir de ce fort lien émotionnel que vous tissez avec les gens, je vous invite à lire ce qui va suivre.

Au programme :

  • Savoir si je suis dépendant affectif
  • L’adultère chez le dépendant affectif
  • Quel est la cause de la dépendance affective?
  • Comment fonctionne le dépendant affectif?
  • Les différents types de conjoints fréquents
  • La manipulation des pervers narcissique
  • Guérir par soi-même la dépendance affective et se sortir de l’attachement

Comment savoir si je suis dépendant affectif?

Le dépendant affectif a tendance à s’attacher aux personnes. Il s’y attache, cela signifie qu’il créer un lien entre lui et cette personne. Tant que ce lien est maintenu, plusieurs choses vont se produire. Si vous êtes dépendant(e) affectif(ve), sachez que vous n’êtes pas anormal. Chacun s’attache à quelque chose et souffre de cet attachement : certains sont attachés à l’argent, à leur image sociale, à leur corps de rêve, au pouvoir… Et chacun malheureux lorsqu’il se trouve séparé de l’objet auquel il est attaché. Être dépendant affectif, c’est être attaché à l’affection d’un partenaire de couple. Rechercher cette affection n’est pas un problème, mais souffrir lorsque nous séparés de ce partenaire en est un. C’est un problème parce que nous en souffrons.

Voici les caractéristiques du dépendant affectif. Ce dernier :

  • Va croire que son bonheur se trouve avec la personne choisie
  • Donne beaucoup d’attention à la personne
  • Va s’assurer que tout soit tout le temps okay pour l’autre personne et éviter le conflit, quitte à étouffer ses propres besoins pour laisser de la place à son conjointrukya phonr waiting bed sophrologie dépendance affective
  • Le dépendant affectif va se croire responsable de l’attitude de son conjoint : S’il ne lui donne pas l’amour attendu, ou ne lui fait pas de câlins, ou encore boude…
  • Sentiment de culpabilité exacerbé si le conjoint ne va pas bien. Tendance à prendre la responsabilité du bonheur de ce dernier
  • Se sent incomplet lorsqu’il n’est pas aimé en couple, et cherche à avoir un conjoint pour avoir de l’amour
  • A beaucoup d’attentes de ce que doit être la relation de couple
  • A développé avec le temps une très grande intelligence émotionnelle et une hyper empathie afin de savoir ce qui tracasse l’autre pour le régler à sa place.
  • Développe une dépendance à l’égard de la personne envers laquelle il est attaché. Il attend beaucoup d’attention de la part de cette personne. Il se rend malheureux lorsqu’elle est absente et il fait sa vie en fonction de cette personne.
  • Peut passer des heures à attendre qu’une personne lui écrive au téléphone alors que cette personne n’a pas l’air d’en avoir super envie.
  • A tendance à cacher ses émotions devant son conjoint et les croit illégitimes

L’adultère chez le dépendant affectif :

Lorsque vous êtes dépendant affectif, vous êtes loyal avec votre conjoint. Vous avez l’habitude de vous attacher rapidement au premier venu, et ensuite de lui être loyal. Cela cause souvent une dissonance, car vous attendez beaucoup d’amour de la part de votre conjoint. Attendre cet amour, ce respect et cette attention est normal, ne vous inquiétez pas.
Mais par contre il arrive que votre conjoint ne vous donne pas ce que vous attendez, et c’est normal car vous vous êtes attachés au premier venu (et il se peut qu’il vous donne beaucoup d’amour aussi et je vous le souhaite!). Dans ce cas, vous allez être tenté naturellement de trouver une autre source d’amour.

Il se peut que par la suite, vous tissiez rapidement de forts liens avec de personnes que vous rencontrez et qui vous attirent, et que vous ayez une relation qui ressemble à une relation amoureuse sans vraiment l’être. Les dialogues se font tendre, proches et parfois même chauds, et cela peut vous faire du bien.

Et la loyauté?happy couple dépendance affective

Mais cela peut également  vous faire du mal, car si vous êtes loyal envers votre conjoint vous ne passerez pas à l’acte envers la deuxième personne rencontrée, ou rarement, et vous serez déchiré entre des désirs contraires : celui de rester fidèle à votre conjoint (qui a l’air de ne rien remarquer de tout ça), et le désir d’avoir de l’amour que votre conjoint ne vous donne pas.

Soyez conscient que le problème est là : vos désirs sont contraires et ne peuvent pas concorder. Rester avec un conjoint qui a une attitude froide à votre égard et avoir de l’amour de couple ne sont pas compatibles. Dans ce cas, vous souhaitez avoir beaucoup d’amour, mais vous vous attachez à quelqu’un qui ne vous donne pas beaucoup d’amour. Et vous vous interdisez d’avoir de l’amour ailleurs. Ceci n’est pas de la psychologie, mais simplement de la logique. Soit son attitude change, soit votre attachement à son égard change.

Si l’attitude de votre conjoint ne change pas, ou si votre situation ne change pas, rien ne changera. Pour faire changer les effets, il faut faire changer la cause.

La Cause de la dépendance affective :

Le dépendant affectif ou la dépendante affective donc, permet au conjoint ou au parent de contrôler une grande partie sa vie (et ce même si ce dernier n’en a aucune envie). Il a déjà vécu des moments de bonheur avec la personne choisie, par exemple la conjointe, et va croire que ce bonheur ne peut se reproduire qu’en présence de cette dernière.

Il va alors tout faire pour que la personne choisie soit heureuse avec lui, et pour être heureux avec cette personne choisie. Le dépendant affectif se dépossède de son pouvoir d’être heureux et le remet à l’autre. Il croit instinctivement que c’est en présence de la personne choisie qu’il peut être heureux. Il va donc s’esquinter à maintenir cette situation en place. C’est cela qui lui fait du mal. Pendant qu’il cogite pour comprendre pourquoi ça ne va pas, qu’est-ce qu’il a mal fait, pourquoi l’autre semble ne pas l’aimer… Et bien il est malheureux. Il passe une importante partie de son temps à être malheureux dans le but d’être heureux plus tard, alors qu’il pourrait être heureux dès maintenant ! Et je vais vous expliquer comment dans la suite de cet article.

La cause de la dépendance affective ? Et bien la cause principale vient de la croyance qu’une personne peut vous rendre heureux. Seul vous-mêmes pouvez être heureux. Si vous souffrez dans votre relation actuelle, cela signifie simplement que vous éprouvez de la souffrance en vous attachant à cette relation. C’est la cause de la souffrance.

La sur-responsabilisation de la personne

oui tout va bien dépendance affective

La sur-responsabilisation de l’enfant par les parents peut jouer un rôle important là-dedans. Certains parents n’arrivent pas à assumer leur fonction parentale et croient que leur enfant doit être responsable des choses d’adultes. Il poussent l’enfant à accomplir des choses trop dures ou trop compliquées pour son jeune âge : accomplir des tâches ménagères en surnombre, les écouter et les conseiller dans leurs problèmes, les consoler sans arrêt…

L’enfant va alors se croire responsable du bonheur et du malheur de ses proches. Il va apprendre aussi que s’il veut avoir de l’amour, des compliments, de la reconnaissance ou de la gentillesse, il doit tout faire pour contenter les autres, comme cacher ses émotions et se montrer toujours fort. Il va comprendre qu’il a le droit au bonheur que s’il est en présence d’autrui, et que s’il est tout seul, il doit se rendre utile en servant autrui. Ce schéma va générer la peur d’être seul. Les parents éduquent l’enfant soit au bâton avec la violence physique, soit au chantage affectif et émotionnel. L’enfant va alors retenir que lorsqu’il est seul il n’est pas tranquille, et que sa mission consiste à contenter les autres, à agir avec le syndrome du sauveur.

Comment fonctionne le dépendant affectif (la dépendante affective)?

Les dépendants affectif ont côtoyé pendant longtemps des personnes dont ils dépendaient au niveau des besoins physiques et mentaux. Ces personnes ne les ont pas aimé pour ce qu’ils étaient, mais leur ont fait comprendre qu’ils les aimaient pour leurs actes. Alors le dépendant affectif a vite compris qu’il ne pouvait pas être pleinement lui-même et que cela était vu comme une erreur, un manque d’attention, ou comme de la fainéantise. Il a appris à pallier le manque de l’autre du mieux qu’il le peut afin de voir ses besoins physiques, mentaux et émotionnels basiques comblés (comme manger à sa faim, avoir un peu de temps pour jouer étant enfant, ne pas être triste tout le temps, avoir un semblant d’amour…).

Étant adulte, il va reproduire ce schéma avec ses conjoints, et va se sacrifier pour que tout aille bien pour eux. Il va leur permettre de le rendre heureux ou triste. Il va leur donner le contrôle sur une importante part de sa capacité à être heureux. Le conjoint du dépendant affectif est assigné de cette responsabilité, qu’il en soit conscient ou non, et qu’il le veuille ou non.

Les quatre types de conjoints sur lesquels tombent souvent les dépendants affectifs :

Etant habitué à fonctionner en sauveur, le dépendant affectif va avoir tendance à former un couple avec un conjoint plutôt mal dans sa peau, même s’il ne le remarque pas directement.

  • Le conjoint froid et coupé de ses émotions peut être gentil et sincère. Mais il est distant au niveau des compliments, des câlins, et de la reconnaissance de votre valeur. Il a beaucoup de mal à avoir une discussion sérieuse avec vous. Néanmoins il peut s’engager s’engager dans une relation sérieuse et sincère. Mais il n’est souvent pas compatible avec vos attentes de ce qu’un couple peut vous apporter.
  • manga happy coupleLe conjoint mystérieux. Son comportement à votre égard est un mystère. Quelques soient vos efforts pour parvenir à comprendre son fonctionnement, vous n’y arriverez pas. Vous pouvez avoir l’impression qu’il est à fond sur vous pendant quelques jours, puis d’un coup il vous zappe, et vous restez sans nouvelles de lui pendant plusieurs jours. Ce conjoint ne vous correspond aucunement, et vous avez l’impression qu’il vous mène en bateau, ou que son intelligence est limitée.
  • Le conjoint cool. C’est un conjoint qui vous accorde de l’attention et de l’amour, et qui s’implique dans votre couple. Il peut s’agir d’une autre personne dépendante affective, ou simplement d’une personne sérieuse et affectueuse. Tout n’est pas toujours parfait, comme dans tous les couples, mais la relation est saine et vous fait souvent du bien.
  • Le Manipulateur Pervers Narcissique (PN). Son comportement est nocif et il vous sème le chaos et le trouble dans votre esprit et dans votre cœur. Son comportement est détaillé ci-dessous.

Dépendance affective et manipulation : le Pervers Narcissique

manga pervers narcissique sophrologieComme nous venons de le voir, le dépendant affectif est appelé de la sorte car il croit qu’il dépend de l’affection que lui portent les autres pour voir ses besoins comblés. Il a beaucoup d’empathie et se met sans cesse à la place des autres pour les comprendre et combler leurs besoins afin qu’ils le laissent tranquille ou lui donnent ce qu’il attend. En général il ne demande pas beaucoup et peut se satisfaire du strict minimum venant de l’autre. Il se comporte comme ça avec son parent, son conjoint, ou même certains de ses collègues ou son patron, et il ne comprend pas que ses besoins ne soient pas comblés par les autres car il fait de son mieux pour y parvenir.

C’est là qu’intervient le manipulateur pervers, plus communément appelé pervers narcissique ou PN. Le PN est un individu qui se coupe de son empathie et de ses émotions, et qui méprise les empathes.

>Pour reconnaître un Pervers Narcissiques, voir ma vidéo sur le sujet Ici.

Le manipulateur PN se sert des gens pour trois choses principalement :echecs main pion manipulation sophrologie

  •  Avoir de l’attention et donc être reconnus comme étant important. Le dépendant affectif fait parfaitement l’affaire car il accorde toute son attention ou presque à son conjoint, à ses humeurs, à ses demandes… Le PN peut également rendre quelqu’un dépendant affectif. J’ai déjà eu en consultation de nombreux cas de personnes qui avaient développé une dépendance affective suite à leur rencontre avec ses individus.
  • Avoir une image sociale de personne valeureuse, et écrase les autres pour paraître plus haut qu’eux. Il ne veut pas faire d’effort ni se remettre en question. Donc il ne progresse pas et souhaite simplement faire régresser les autres. Il peut manipuler le dépendant affectif en jouant sur son sentiment de culpabilité, pour lui montrer que sa réussite n’est pas légitime et le freiner.
  • Atteindre des objectifs. Le PN a des objectifs bien précis qu’il se fixe au niveau professionnel, financier, et au niveau du couple. Il a besoin de quelqu’un de compétent pour lui permettre d’atteindre des objectifs sociaux, et le dépendant affectif qui a une grande intelligence émotionnelle et peu de confiance en soi fait parfaitement l’affaire. Il va le cadrer, et lui permettre d’évoluer dans un cadre donné au lieu d’évoluer de façon libre.

Le dépendant affectif qui est en couple, ou en « pacte » avec le pervers narcissique, doit guérir sa dépendance affective pour pouvoir s’extraire des griffes de ce dernier.

La solution pour guérir par soi-même de la dépendance affective

manga avatar méditation guérir dépendance affective

À rien ne sert de vouloir guérir à tout prix et vous forcer à en guérir, car cette dépendance affective, c’est vous. C’est votre actuel tempérament et vous avez le droit d’être comme vous êtes. Déjà que vous êtes sensible et que vous souffrez du manque de considération et d’amour de la part des autres à votre égard, il n’est pas nécessaire de croire que vous êtes en trop et que vous devez changer.

 

Tout d’abord, il est important de préciser que la dépendance affective n’est pas une maladie. Vous ne “devez” pas en

 

Guérir de la dépendance affective, ce n’est pas pour faire plaisir aux autres, c’est pour vous-mêmes. Si vous en avez marre de souffrir quand vous manquez d’amour, ou simplement marre de manquer d’amour, nous pouvons passer à la suite ensemble.

En guérir ne signifie ni renoncer à toute relation de couple, ni ne plus être heureux dans le couple. Cela signifie simplement que lorsque vous êtes seul(e) ou que votre conjoint(e) ne vous traite pas comme vous l’attendez, et bien vous ne souffrez plus. C’est cela, arriver à guérir sa dépendance affective : Trouver son bonheur aussi bien seul(e) qu’au sein d’une relation de couple.

Le processus pour sortir de la dépendance affective ne peut avoir lieu que si vous souhaitez réellement en sortir. Vous pouvez en sortir par vous-mêmes, et d’ailleurs c’est en vous que se produit le changement.

1) La première étape :

Elle consiste à comprendre que la dépendance affective vous fait souffrir. À partir du moment où vous identifiez la dépendance affective comme cause de votre souffrance, c’est vers vous que vous allez diriger votre attention et plus vers votre partenaire. Vous pouvez assumer pleinement votre dépendance affective. Oui, vous avez besoin d’amour, et oui vous êtes seul(e) et vous souffrez.
Quand vous aviez l’illusion que votre partenaire était la cause de votre souffrance, vous aviez pour habitude de vous oublier et de vous sacrifier à son profit. Si vous identifiez votre comportement comme vous étant nocif, c’est vous-mêmes qui allez redevenir important à vos yeux.

Là peut ensuite commencer l’observation de vous-mêmes. Comprenez votre fonctionnement, avouez-vous ce que vous savez déjà. Soyez franc et bienveillants avec vous-mêmes. N’essayez pas à tout pris de faire en sorte que votre conjoint soit heureux, et voyez les chose comme elles le sont vraiment. Votre conjoint tel qu’il est correspond-il à vos attentes? Êtes-vous heureux dans votre relation telle qu’elle est? Cette relation telle qu’elle est vous correspond-elle? Pouvez-vous vous admettre ce qu’est votre relation sans essayer de la modifier?

2) La deuxième étape :

Si vous n’avez pas de conjoint, comprenez que le bonheur que le bonheur que vous éprouvez en couple, c’est vous qui l’éprouvez. Lorsque vous recherchez le plaisir dans le couple, vous vous interdisez d’être heureux(se) en dehors du couple. Vous n’avez pas besoin du couple pour être heureux. C’est à vous de voir que votre attachement est la cause de votre souffrance, car tout le monde ne souffre pas de la solitude. Vous pouvez voir l’attachement comme la cause de la souffrance, et le voir à chaque fois qu’il fait surface. Identifiez plusieurs fois de suite l’attachement à la souffrance et vous vous en déferez.

Si vous avez un conjoint : Une fois que vous vous êtes posé ces questions importantes, et que vous avez fait l’effort de vous avouer à vous-même ce qu’est réellement votre relation, et bien vous pouvez lister ce qui vous déplaît. Une fois que vous avez établi les différents points qui vous font souffrir, passons à la communication.

Parlez à votre conjoint de ce qui vous fait souffrir, sans reproches. Parlez au “Je” et dites-lui simplement ce que vous éprouvez dans telle ou telle situation. Par exemple : au lieu de lui dire “Tu es comme ça ou comme ça, tu t’en fous de ça!!!” Dites-lui plutôt : “Lorsque nous nous trouvons dans telle situation, je me sens comme ça et ça me fait du mal parce que j’attends ça”.

3) La troisième étape :

Elle consiste à répéter la seconde étape. Il se peut que votre conjoint mette du temps à comprendre vraiment et à faire des efforts. Faites de votre mieux pour arranger les choses. Attendez un peu après les discussions. Il se peut que votre conjoint se braque puis se remette en question dans les jours suivants.

marnie dépendance affective solitude conjoint

 

Si malgré vos efforts, la situation ne vous convient aucunement, et bien prenez votre décision. Allez-vous laisser votre attachement envers votre conjoint vous faire souffrir parce que vous recherchez le plaisir dans une situation qui fait souffrir? Ou bien allez-vous prendre votre bonheur en main?

 

  • Voyez donc si vous pouvez faire en sorte que votre situation de couple s’améliore avec le temps.
  • Sinon, voyez si vous pouvez accepter la situation telle qu’elle est et en être heureux.
  • Si vous n’y arrivez pas, vous pouvez vous détacher de la cause de votre souffrance

Mettre de la distance entre vous et votre conjoint n’est pas une punition pour lui. C’est simplement vous diriger vers ce qui vous fait du bien, et laisser votre conjoint faire de même. C’est difficile, mais si vous identifiez votre bien-être comme étant la priorité, vous y arriverez. Mais prenez du temps avant de prendre une décision pareille. attendez que plusieurs mois s’écoulent, et voyez si vous avez toujours la même envie passé ce délai.

Et observez les gens pour ce qu’ils sont réellement, et non pour ce que nous croyons qu’ils sont. Observez votre conjoint, observer bien son apparence physique, son comportement, ses humeurs, ses requêtes, sa façon de se comporter… Si vous n’arrivez pas à combler ses besoins ni les vôtres, c’est principalement parce que vous les connaissez pas. Vous avez une image de ce que devrait être votre conjoint. Cette image est basée sur vos attentes d’un conjoint idéal imaginé.

Si il dépasse de ce modèle, vous faites de votre mieux pour le ramener dedans car vous croyez que votre bonheur en dépend. Au lieux d’essayer de contrôler l’humeur de votre conjoint, observez-le pour ce qu’il est réellement. S’il a une demande, vous pouvez y répondre, mais s’il n’en a pas, contentez-vous d’apprendre ce qu’il est. Là, en faisant sauter vos attentes, vous verrez ce que vous pouvez réellement attendre de lui.

4) La quatrième et dernière étape :

Subvenir à vos besoins affectifs par vous-mêmes. Si vous êtes dépendant affectif, vous attendez que l’autre vous donne de l’amour et de l’attention. En réalité, vous n’avez pas besoin de l’autre, vous pouvez le faire par vous-mêmes. Vous pouvez vous autoriser à vous rendre pleinement heureux. Et vous pouvez vous reconnaître vous-mêmes comme étant une personne de valeur qui a le droit au bonheur.

Vous n’êtes pas responsable du malheur des autres. Par contre, vous êtes responsable de vos émotions et les autres aussi sont responsables des leurs.happy-couple dépendance affective

À partir du moment où vous décidez de prendre votre bonheur en main et que vous y parvenez, vous pouvez réellement aider les autres à être heureux. Pour rendre heureux, vous devez d’abord être heureux. La façon dont vous vous comportez avec votre conjoint le comble réellement, le rend-il réellement heureux ? Il n’y a qu’à observer pour avoir la réponse.

La Sophrologie et la dépendance affective :

Grâce à la sophrologie je vous propose un suivi personnalisé adapté à votre situation. Nous pouvons notamment :

  • Apprendre à se recentrer dans le présent et se focaliser sur la situation présente
  • Entraîner notre esprit à ne plus être dépendant affectif
  • Vivre notre corps en mouvement et effectuer un travail de sécurisation corporelle
  • Cultiver l’amour de soi, apprendre à ne plus nous blesser nous-mêmes avec notre esprit et nos émotions
  • Avoir confiance en soi : se considérer soi-même comme une personne de confiance
  • Travailler sur nos valeurs et ce que nous souhaitons diffuser dans le monde

Pour une consultation à mon cabinet ou via Skype, Contactez-moi ICI. 🙂

En conclusion :

La dépendance affective, ça n’est rien de grave. Et ça n’est pas irrémédiable. Le vécu du dépendant affectif l’a poussé à se comporter de la sorte pour éviter de souffrir, et à attendre qu’autrui lui permette d’être heureux. Si vous êtes dépendant affectif, il y  des grandes chances que vous ayez côté un ou plusieurs manipulateurs, car ces derniers ont besoin d’avoir toute votre attention pour se sentir exister.
Peut importe, le passé, c’est du passé. Maintenant vous pouvez vous concentrer sur le présent. Au lieu d’essayer d’éviter le négatif et la souffrance que représente le manque d’amour, dirigez-vous vers le positif que représente l’amour. Et l’amour réel, c’est d’accepter la réalité telle qu’elle est. Au lieu de lutter contre le mouvement du monde, apprenez à apprivoiser l’univers, ou bien laissez-le vous apprivoiser. Observer le fonctionnement du monde et acceptez-le petit à petit tel qu’il est. Vous pouvez ne plus souffrir de chaque situation pénible que vous rencontrez.

Cela nécessite un travail d’introspection et de méditation.  Le bonheur, ce n’est pas d’être attaché. C’est d’être libre et de trouver son bonheur partout. S’attacher n’est pas quelque chose de mal, mais si vous souffrez lorsque vous êtes coupés quelque chose qui n’est pas vital, c’est de l’attachement. Et s’attacher, c’est remettre votre pouvoir de bonheur dans les mains de quelqu’un d’autre (qui ne l’a peut-être pas demandé). Alors reprenez votre bonheur dans vos mains, et vivez une vie de rêve! je vous le souhaite sincèrement.manga eating together dépendance affective sophrologie

En attendant, portez-vous très bien, et bon courage à vous! Si cet article vous a plus, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et à me le dire en commentaire!

Vous pouvez bénéficier d’une vidéo exclusive contenant trois clés pour dépasser la souffrance émotionnelle. Pour cela, il suffit de renseigner l’adresse mail sur laquelle vous souhaitez les recevoir dans le petit formulaire en bas de page ci-dessous 🙂

ABOUT AUTHOR

Stan CARREY

COMMENTS ( 12 )

  • Damervalle

    Article tres interessant je trouve ce mecanisme particulierement néfaste un travail doit etre fait effectivement pour etre independant affectif et etre heureux

  • Macoumb

    Tres tres interessant! Le meilleur que j’ai lu concernant le sujet

  • Quoote

    Je découvre que je suis une DA! De ce comportement découle d’autres problèmes, le manque de confiance, le fait de ne pas se connaître , d’avoir une sensibilité peu supportable par les autres, avoir l’impression d’être naïve, en vouloir à sa famille garder de la rancune, avoir l’impression de ne pas grandir meme mon écriture manuscrite est restée enfantine ! pas de relation amoureuse très peu d’amis ….l’enfer …
    Au final si j’ai ce mécanisme c’est a cause de mes parents qui lors de leur grosse dispute me demandaient qui a raison. ..! Je considère être malade psychologiquement ! Et le pire c qu’ on ne guéri jamais totalement de ces blessures

  • Henriette

    Très intéressant article, merci. L’un de ceux qui m’ont le plus parlé et touchée.
    Je vais assurément suivre vos conseils afin d’être enfin libre, sereine et heureuse… Seule ou en couple.
    Merci

    • Stan CARREY

      C’est justement mon premier article sur ce site 🙂
      Bravo de suivre votre coeur, vous méritez de vous aimer!

  • Lila

    Bonjour.
    excellent article.

  • Coco

    Bonjour, merci beaucoup pour cet article. Mon conjoint fait partie des personnes “cool” et cette dépendance affective est en train de nuire à mon couple…Je souhaiterai bénéficier des 3 séances de sophrologies gratuites, mais je n’arrive pas à inscrire mon mail.

    • Stan CARREY

      Bonjour 🙂 et courage à vous pour apaiser votre peur.
      Je ne propose plus 3 séances de sophrologie gratuites, mais une vidéo avec trois conseils pour se défaire de la souffrance émotionnelle. Si vous souhaitez la recevoir, vous pouvez inscrire votre mail dans le petit formulaire en bas de page.

  • Zanzen Isabelle

    Très bon article sur la dépendance affective. Merci Stan pour ce généreux partage.

Laisser un commentaire