Comment faire une introspection sans rester bloqué

comment faire une introspection

Comment faire une introspection sans en souffrir?
Vous arrive-t-il de souffrir intérieurement ? D’éprouver de l’angoisse, de la colère ou de la culpabilité ? Lorsque cette souffrance perdure dans le temps, vous êtes-vous déjà surpris entrain d’analyser vos propres mécanismes mentaux dans le but de les comprendre et ainsi de faire cesser la souffrance ?

L’introspection est la tendance naturelle qu’a l’esprit humain à essayer de se comprendre pour mettre fin à une émotion de souffrance ou pour avancer dans la vie. Lorsque vous la pratiquez, vous prenez du temps pour observer vos pensées et vos émotions, et pour essayer de comprendre ce qui les produit. Vous pouvez fouiller votre mémoire à la recherche de ce qui est à l’origine de votre souffrance, ou bien observer dans le présent les interactions entre votre esprit, votre cœur et votre corps.
L’émotion de souffrance se produit dans l’être humain. Il est donc naturel pour l’esprit de chercher en lui la cause de cette souffrance.

Quel est le but de l’introspection ?

Personne ne vous a enseigné comment pratiquer une introspection ; vous l’avez probablement appris en autodidacte lorsqu’une souffrance émotionnelle devenait trop intense pour que vous continuiez à l’ignorer.
Lorsque votre esprit est en désordre et que vous avez une perception erronée de la réalité, vous souffrez. L’observation de soi permet de remettre l’esprit en place pour arrêter de souffrir.

L’introspection constructive

Comment faire une introspection constructive ? L’introspection a deux buts différents. Le premier consiste à amorcer un changement intérieur qui vous aidera à changer votre cadre de vie. En la pratiquant, vous prenez votre courage à deux mains pour vous voir tels que vous êtes. Une fois que vous y êtes arrivé après de nombreux efforts internes, une prise de conscience opère et votre esprit s’en trouve allégé, libéré du fardeau de la peur, de la haine ou de la tristesse.

Par exemple :

Admettons que vous soyez en colère contre un collègue de travail qui vous dévalorise fréquemment en public dans le but de se grandir. Il construit son estime de soi au détriment des autres et agit de façon égoïste. À chaque fois qu’il se moque de vous en public, vous êtes sidéré et vous ne savez pas quoi lui répondre.

De jour en jour, votre colère grandit et occupe vos pensées du matin au soir, jusqu’au jour où vous remarquez que ce n’est pas normal. Vous décidez alors de vous observer pour vaincre la cause de la souffrance.

Après plusieurs semaines d’analyse de vos pensées, vous avez enfin compris que vous êtes en colère quand quelqu’un se moque de vous en public car vous avez peur d’être humilié et que vous ne tolérez pas que quelqu’un puisse vous amener à vivre cette humiliation. En arrivant à vaincre la peur de l’humiliation, la colère s’en va car elle n’a plus lieu d’être.
Cette introspection prend fin lorsque vous identifiez « ce sans quoi votre problème n’existerait plus ».

L’introspection qui mène à l’autodestruction

Le deuxième but de l’introspection consiste à fuir ses problèmes extérieurs en se réfugiant à l’intérieur. Lorsque vous ne vous sentez pas apte à affronter certaines difficultés ou à relever certains challenges, l’esprit a tendance à fuir en se cachant à l’intérieur de sa coquille. Vous commencez alors à tout retourner dans votre for intérieur à la recherche d’une solution miracle qui permettra à votre problème de disparaître.

comment faire une introspection pensif

Par exemple :

Admettons que vous ayez une grande peur du conflit : lorsque quelqu’un est sur le point de vous crier dessus, vous êtes paralysé, incapable de bouger ou de rétorquer. Et admettons également que vous vivez en couple avec une personne violente et colérique. Cette peur du conflit vous empêche de lui dire « Non » car vous redoutez d’avoir à subir ses excès de colère.
Une solution serait peut-être de vous affirmer et de poser vos limites à l’autre pour rétablir un climat sain dans le couple. Mais si la peur est trop puissante, il se peut que vous niiez l’existence de cette solution, et que vous vous réfugiez dans l’introspection. Vous vous dites alors que vous n’êtes pas normal, que vous devriez accepter le comportement de l’autre, et vous cherchez comment modifier votre esprit pour parvenir à accepter l’inacceptable.

Cette deuxième introspection est particulièrement auto-destructrice pour la personne qui la pratique. Elle prend fin quand vous avez sondé toutes vos profondeurs sans pour autant trouver de solution durable au problème d’origine.

Comment faire une introspection utile ?

Pour qu’une introspection soit utile et vous permette concrètement d’avancer dans la vie, elle doit avoir pour seul et unique but de mettre un terme définitif à la souffrance que vous traversez actuellement. Lorsque vous commencez à méditer sur ce qui se produit en vous pour arrêter de souffrir, vous ignorez quelle va être la solution finale et dans quelle direction la chercher. Vous vous trouvez seul face à vous-même, et il faut mener une enquête en explorant différentes pistes jusqu’à trouver la bonne.

Trois conseils pour pratiquer l’introspection efficacement

L’esprit a soif de vérité, et il pratique l’introspection dans le but de la connaître. On dit souvent que la vérité fait mal, mais c’est plutôt la réaction de déni face à celle-ci qui est douloureuse.

La vérité correspond au réel fonctionnement du monde, de votre corps, de vos émotions, de votre esprit et de votre cœur.
L’éducation a conditionné le mental à se comporter de manière contraire au bien-être de notre organisme. L’observation de soi permet de déterminer comment être heureux et bien portant, et d’adapter ensuite notre façon d’agir en conséquence.
Voici trois conseils pour la pratiquer efficacement :

  1. Utilisez la souffrance et le bonheur comme des indicateurs. Si vous souffrez encore, c’est que vous n’avez pas totalement compris comment résoudre votre problématique actuelle. Si vous n’êtes pas sûr d’avoir trouvé la solution finale, alors cela indique probablement que vous n’avez pas trouvé la solution finale mais une solution partielle. La réponse à vos questions surgit généralement de là où on ne l’attend pas, au moment où ne l’attend plus.
    C’est elle qui mène à la joie et à la stabilité intérieure.
  2. Traversez-vous une période de souffrance intense ? Si c’est le cas, je vous encourage à avoir confiance en vous pour résoudre ce problème de manière définitive. Vous avez la capacité de le faire (seul ou accompagné selon le cas). Chaque problème comporte plusieurs solutions. Il vous suffit juste de les trouver, et à force de progresser peu à peu dans la compréhension de soi, de remonter graduellement jusqu’à la source du problème, vous finirez par remettre votre esprit en ordre. Ne doutez pas que vous pouvez y arriver.
  3. Passez à l’action et appliquez vos meilleures idées ! L’introspection n’est pas synonyme d’inaction. Vos pensées ont besoin de sortir de votre tête et de se matérialiser ! Lorsque durant votre introspection, vous avez des idées de solutions à appliquer, je vous invite à agir. N’attendez pas de trouver « LA » bonne idée pour vous y autoriser.
    Vous avez le droit de vous tromper, d’échouer et d’expérimenter de nouvelles choses. C’est cela qui vous permettra d’avoir de nouvelles idées et de progresser.

Pour conclure, je vous encourage à rêver votre vie, puis à agir pour matérialiser ces rêves. L’introspection est un outil qui vous permet de grandir intérieurement et de vous constituer à terme des bases solides, mais pas une finalité.

N’hésitez pas à commenter et partager cet article s’il vous plu 🙂

ABOUT AUTHOR

Stan CARREY

NO COMMENTS

Laisser un commentaire